LE mercredi du pélé... (témoignage)
le 18 février 2015

"Après l’ambiance festive du Mardi Gras et de la veillée à laquelle les pèlerins arrivent déguisés, le Mercredi des Cendres était un moment beaucoup plus solennel.

De mon temps (c’est-à-dire entre 1987 et 1996), la journée commençait traditionnellement par un long moment de marche en équipe. Certains choisissaient de la rendre plus dure en marchant à pieds nus par exemple, certains choisissaient de la rendre plus méditative en s’imposant le silence, certains choisissaient de la rendre coopérative en se bandant les yeux et en comptant sur un complice pour être guidés, certains encore choisissaient de la tourner vers les autres en s’interdisant toute forme de mauvaise humeur, pour ne citer que quelques exemples. Des chants, des moments de réflexions, des haltes ponctuaient cette marche. Un vrai effort pour commencer le Carême, sous la neige ou la pluie parfois, avec du froid ou du soleil...
Il y avait lors de cette journée la possibilité de se confesser. Puis une célébration un peu particulière se terminait par l’imposition des cendres. Je me rappelle d’un moment où le doyen Bahim avait fait bruler "en direct" des Rameaux de l’année précédente et nous avait imposé des cendres toutes chaudes (mais pas top, hein, juste assez) sur le front. Comme nous entrions dans le Carême, certains chants, comme l’Alléluia, n’étaient pas entonnés. Et ça suffisait parfois à rendre la messe du jour différente.

Difficile de décrire plus que ça les raisons pour lesquelles cette journée était un peu spéciale. C’était surtout une question de ressenti, d’ambiance, d’état d’esprit. Mais c’était véritablement un temps fort du pélé !

Dominique Bollaerts."

Autres articles :
  • Commande pull Assise82
  • Equipe d’animation 2017 - 2018
  • Equipe d’animation 2016 - 2017
  • Invitation prochaine MFM préparée par Assise82
  • Témoignage Rencontre Européenne Taizé à Valencia
  • Admin - © assise82.be